Et si on créait une nouvelle diète ?

Si vous suivez ne serait-ce que moindrement les tendances en nutrition ces derniers mois, vous avez surement remarqué la prépondérance des nouvelles diètes/type d’alimentation, tels que la diète cétogène (keto), le jeune intermittent (intermitent fasting) et j'en passe. La tendance actuelle mise principalement sur l’alimentation faible, voire quasi nulle en glucides. (En passant, pour ceux qui se questionnent si cela est supérieur à d’autres types d’alimentation [élevée en glucides/faible en gras vs équilibré], la réponse est non, tant que l’apport en calories est maintenu, ce ratio n’a aucune importance.) (1-8)

En fait, ces tendances cycliques ayant comme sources des nouvelles diètes reviennent chaque année… rien de nouveau. D’ailleurs, cela exerce une influence parfois majeure sur l’alimentation de la population, et contribue par le fait même à embrouiller encore plus les messages de santé publique.  Je me questionnais récemment à savoir quelles seront les prochaines diètes qui suivront dans quelques années. Après s’être attaqué aux gras et maintenant au sucre, que restera-t-il ? Le microbiote? (grosse tendance actuelle en recherche) L’eau alcalinisante? (et oui ça existe)  Le sodium? (voir The Vertical diet) ? On peut laisser aller notre imagination longtemps…

 

Tout cela m’a donné une idée : pourquoi ne pas créer une nouvelle « diète » qui serait un amalgame des recommandations actuelles en nutrition ? Une « diète » qui est soutenue par les plus récentes évidences scientifiques ?  Puisque les messages clés en nutrition semblent difficiles à passer, pourquoi ne pas les assembler en une « diète » pour que ce soit plus accrocheur et vendeur ?  

 

(Source de l'image : Didier Brassard Nutrition)

 

Après quelques jours de réflexion en lien avec mon bagage scientifique, mes connaissances et mon expérience en clinique privée, j’en suis arrivée à un concept qui me semble satisfaisant : la diète FPP. Examinons-là en détail :

 

  • La diète FPP se veut un type d’alimentation que l’on peut suivre CHAQUE JOUR et TOUT LE MONDE peut la suivre. Le mot « diète » constitue en soi une ironie, parce qu’on sait qu’une diète à long terme ne fonctionne pas… mais cela ne s’applique pas pour celle-ci ! ;) Vous désirez perdre du poids ? Suivez ces principes en y ajoutant simplement un déficit calorique…

  • Les composantes :

    • F pour Fibres. Chaque aliment (ou presque) que vous consommez devra contenir des fibres ! On écarte donc les aliments transformés et pauvres en fibres (pain blanc, pâtisseries, bonbons, jus, boissons gazeuses, etc.) Remplissez les 3/4 de votre assiette d’aliments riches en fibres. Petit rappel sur leurs propriétés quasi magiques sur la satiété, la santé intestinale, etc. (voir ces articles ICI et ICI). Donc, la majorité de vos aliments au quotidien devraient contenir des fibres (légumes entiers, fruits entiers, grains céréaliers entiers [le pain brun, oui oui !], les légumineuses, les noix et graines]. N’oublions pas que les produits laitiers et les viandes/volailles/poissons ne contiennent pas de fibres. #10parjour

    • P pour Protéines. Consommez une source de protéine de bonne qualité À CHAQUE REPAS et même aux collations si cela s’applique. Surveillez à avoir une quantité suffisante : on parle ici de minimum 20 à 30g PAR REPAS (selon votre sexe/âge/niveau d’activité physique)(9). Quels sont les aliments sources de protéines ? Les viandes/volailles/poisson, le tofu, les légumineuses et les produits laitiers (yogourt grec et skyr, fromages allégés, fromage cottage). Leur impact est incontestable sur la gestion de la faim et sur la santé de la masse musculaire. Voir mon article pour de plus amples détails ICI et ICI.

    • P pour Plaisir. Quelle serait une alimentation sans plaisir ? Imaginez suivre pendant plusieurs années une alimentation redondante, sans variété et restrictive où vous n’attendez que le samedi soir pour votre « cheat meal », le seul moment dans la semaine où vous vous faites réellement plaisir. Est-ce une façon saine et durable de s’alimenter à long terme ? Pensez-y. En ce sens, intégrer des aliments que vous AIMEZ au quotidien est essentiel au maintien à long terme de vos habitudes alimentaires. Soyez flexibles dans vos choix ! Cela vous permettra d’être plus CONSTANT de façon quotidienne et hebdomadaire. Rappelez-vous qu’aucun aliment ne fait prendre du poids OU ne devrait pas être ingéré pendant une phase de perte de poids. Voir mon article sur le sujet ICI

                                                        

Alors qui embarque ? Si cela vous dit qu’on parte ensemble cette nouvelle « diète », je vous encourage à joindre le hashtag #dieteFPP à vos photos ou vos publications.
 

Par le fait même, dans le cadre du mois de mai 2018, je lance le DÉFI 10 PAR JOUR, qui consiste à manger 10 portions au total par jour de légumes et fruits durant TOUT le mois. #defi10parjour J’ai également créé un groupe Facebook temporaire à cet effet. Passez voir ma page Facebook !

 

Et si on révolutionnait ensemble la nutrition ?

 

 

Références: 
  1. Gardner CD, et al.. Effect of Low-Fat vs. Low-Carbohydrate Diet on 12-Month Weight Loss in Overweight Adults and the Association with Genotype Pattern or Insulin Secretion: The DIETFITS Randomized Clinical Trial . JAMA. (2018)

  2. Gardner CD, et al. Comparison of the Atkins, Zone, Ornish, and LEARN diets for change in weight and related risk factors among overweight premenopausal women: the A TO Z Weight Loss Study: a randomized trial . JAMA. (2007)

  3. Sacks FM, et al. Comparison of weight-loss diets with different compositions of fat, protein, and carbohydrates . N Engl J Med. (2009)

  4. Westman EC, et al. Low-carbohydrate nutrition and metabolism . Am J Clin Nutr. (2007)

  5. Hall KD, Guo J. Obesity Energetics: Body Weight Regulation and the Effects of Diet Composition . Gastroenterology. (2017)

  6. Johnston BC, et al. Comparison of weight loss among named diet programs in overweight and obese adults: a meta-analysis . JAMA. (2014)

  7. Bueno NB, et al. Very-low-carbohydrate ketogenic diet v. low-fat diet for long-term weight loss: a meta-analysis of randomised controlled trials . Br J Nutr. (2013)

  8. Brad Jon Schoenfeld and Alan Albert Aragon. How much protein can the body use in a single meal for muscle-building? Implications for daily protein distribution. Journal of the International Society of Sports Nutrition (2018).

Please reload

Articles récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

(c) 2015 La Nutritionniste Active