Le travail mental augmenterait le désir de manger !

 

(l'article original est publié sur le site Vitamine Ta Vie) 

http://www.vitaminetavie.com/travailler-mentalement-nous-donnerait-envie-de-manger-davantage  

 

Vous avez un travail de bureau durant lequel vous êtes assis du matin au soir les yeux rivés sur un écran d’ordinateur ? Ou bien vous êtes étudiant et vous passez de longues périodes à étudier ou à rédiger ? Dans ce cas, il est fort probable que vous éprouvez un plus grand désir de manger suite à un effort mental exigeant, comme faire un devoir de mathématique ou exécuter une tâche qui doit être terminée avant la fin de la journée. Et fort probablement que cette envie de manger n’est pas pour des fruits ou des légumes… mais plutôt pour des aliments riches en sucres ou/et en gras. 

 

Depuis les dernières décennies, le travail physique, comme le travail agricole ou le travail manufacturier, a été délaissé pour faire place au travail mental et sédentaire. On travail moins fort physiquement mais plus fort mentalement. Parallèlement, le nombre d’individus présentant du surpoids ou de l’obésité ne cesse d’augmenter. Par ailleurs, plusieurs facteurs peuvent nous pousser à manger plus et au final, prendre du poids plus facilement que nos ancêtres. À titre d’exemple, un effort mental soutenu, comme étudier ou travailler à l’ordinateur, augmenterait le désir de manger.

 

Comment cela s’explique-t-il ?

 

Ce phénomène s’expliquerait par deux mécanismes principaux. Premièrement, lors d’un effort mental soutenu, le corps est temporairement en état de stress et produit du cortisol, une hormone, qui est libéré dans tout l’organisme. Par conséquent, le niveau sanguin de cortisol augmente, et celui-ci a des effets orexigènes, c’est-à-dire qui stimule le désir de manger. D’un autre côté, la glycémie (le taux de sucre dans le sang), est très instable lors d’un effort mental soutenu. Ces variations en dents de scie du taux de sucre sanguin feraient également en sorte d’ouvrir l’appétit. Le graphique suivant, extrait de l'étude scientifique originale, illustre parfaitement bien ce phénomène.

Ainsi, ces mécanismes finement régulés nous mènent à ressentir l’envie de manger suite à un travail exigeant mentalement, et ce même si on n’a pas bougé de notre chaise ! Les aliments privilégiés dans ce contexte seraient les aliments riches en sucres et/ou en gras, comme les gâteaux, les bonbons, les friandises ou les pâtisseries et seraient consommés en surplus des calories habituelles de la journée. Ce chiffre se situerait aux alentours de 200 à 250 calories supplémentaires,et proviendrait en majeur partie des desserts ! Ce qui peut possiblement amener un gain de poids à long terme si cela est maintenu. 

 

Que faire pour contrer ce phénomène ?

 

Faire de l’exercice ! En effet, prendre une pause et prendre une marche ou aller s’entrainer sur l’heure du midi contribuerait à mieux évacuer le stress et mieux gérer la glycémie. Une autre stratégie serait d’avoir des collations nutritives à proximité lorsqu’on travaille ou fait des devoirs, question de limiter les tentations ! Enfin, se reposer afin de diminuer le niveau de stress mental constitue également une stratégie efficace.

En conclusion, dans cette société dans laquelle tout va toujours plus vite et où la performance règne, il importe d’être conscient que plusieurs facteurs outre la qualité de l’alimentation peuvent jouer un rôle sur notre poids corporel. Le travail mental, mais aussi la qualité du sommeil et le stress constituent d’autres facteurs qui influencent notre appétit.

 

Pour en savoir plus : Chaput et al, Psychosomatic Med 70: 797-804, 2008

Please reload

Articles récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

(c) 2015 La Nutritionniste Active